• 18- Les poltergeists, la prière

    Les jours suivants, il y eut des bruits insolites dans tous les endroits de la maison, comme si des mains invisibles cognaient sur les murs, les cloisons et les meubles. Le soir, lorsque j'étais couchée, les ressorts de mon matelas n'en finissaient pas de résonner par petits coups. Un soir, où je pensai qu'il fallait que je change mon matelas à ressorts contre un matelas en mousse, un grand coup contre la tête de lit fut frappé, pour me faire comprendre que ça ne servirait à rien! Un soir, pendant que je téléphonais dans le séjour, ma plus jeune fille étant sur mes genoux, ma fille aînée qui était dans sa chambre entendait tellement de coups dans la mienne, qu'elle est venue me demander ce qui se passait! elle croyait que sa petite soeur s'amusait à sauter sur mon lit.

     Je ne leur avais encore jamais parlé ni de mes visions, ni des bruits qui s'étaient tenus jusque là dans ma chambre. Mais mes filles commençaient à se poser des questions sur tous ces bruits: elles sentaient que c'était anormal et commençaient à avoir peur. Je leur ai expliqué, comme je l'avais lu dans un journal spécialisé qu'il s'agissait sans doute de poltergheists, en minimisant leur importance, car je ne voulais pas les effrayer.

     Mais la peur rodait, et elles me demandèrent de dormir dans ma chambre pour la nuit. Nous jouâmes un moment à faire semblant d'avoir très peur, et nous nous amusions comme trois gamines. Avant d'éteindre la lumière, nous avons sauté toutes les trois sur mon lit en scandant: "On s'en fout/ des esprits/" pour exorciser ce qui nous restait de peur. Soudain, des coups sonores firent plusieurs fois le tour des murs de ma chambre : on aurait dit que des esprits faisaient, à leur tour, du tapage en tournant dans la chambre, pour répondre à notre chanson!

    Immédiatement nous nous sommes couchées sous les couvertures en les soulevant pour faire une tente,  et nous pouffions en chuchotant encore notre chanson, mais nous n'étions pas très rassurées! Je tranquillisais mes filles en leur disant que les esprits ne pouvaient rien nous faire!

    Je me réveillai au milieu de la nuit, au moment où ma fille aînée, qui n'avait qu'une dizaine d'années, se leva en dormant. Je ne voulais pas la réveiller, et mentalement je lui dis de se recoucher: ce qu'elle fit aussitôt! J'étais abasourdie: comment m'avait-elle entendue sans que j'ouvre la bouche?

    Le lendemain, je dessinais sur mon bureau, ma fille aînée me regardait, debout à côté de moi. C'est alors qu'un bloc dessin posé près de moi, se souleva lentement, se posa sur le sol et fit plusieurs bonds jusqu'au milieu du séjour. Ma fille s'écria:

    - Oh! maman, je l'ai vu! ce n'est pas possible qu'il parte tout seul comme ça! c'est sûrement un esprit qui l'a posé là!

    Une autre fois, c'est un tableau qui était sur le mur au-dessus du canapé  qui se décrocha sans que le clou, ni les crochets, ni la ficelle, ne soient abimés, et se posa au milieu du séjour: logiquement, s'il avait dû tomber de lui-même, il aurait atterri sur le canapé, mais il avait survolé le canapé et la table basse qui était devant!

    Parfois, les portes claquaient derrière moi, sans le moindre souffle d'air. Un soir en revenant de faire les courses, alors que nous rentrions les paniers dans la maison, les portes de la voiture que j'avais laissées ouvertes, claquèrent toutes en même temps en se refermant toutes seules, ainsi que le haillon qui était pourtant "bloqué"! il n'y avait pas du tout de vent.

    La nuit, le robinet de la cuisine se mettait à couler à gros débit, la lumière de la cuisine ou de la salle de bains se rallumait, parfois c'était la radio ou la télé.

    Un soir, alors que je me préparais à aller me coucher, je jetai un regard, comme à mon habitude, dans la chambre de mes filles. Je vis leurs habits voler à travers la chambre et taper contre le mur puis retomber par terre. Mes filles dormaient, je ramassai les habits, et les rangeai sur la chaise.

    Je ne sais pas combien de temps ça a duré, mais je n'y faisais aucun cas en apparence, parce que je ne voulais pas céder à la peur et la communiquer à mes filles. Parfois je récitais des prières, ou je lançais des "vade retro satanas",  ou encore je faisais un signe de croix. Mais ça ne me paraissait pas très efficace, et j'avais l'impression que c'était de l'ordre de la superstition!

    La médium, m'avait dit aussi de brûler de l'encens. Il y avait à Provins où je vivais alors, une boutique de déco et d'articles exotiques à la Ville Haute. Je me rendis au magasin pour acheter un encensoir et de l'encens. Au moment où j'entrai dans le magasin, les articles qui étaient exposés sur une étagère plus haute que moi tombèrent sans que rien ne les ai touchés, et j'entendis une voix me menacer:

    -"sors d'ici ou je casse tout".

    Je fis mes emplettes sans tenir compte de ce que j'avais entendu, et lorsque j'allai à la caisse, la vendeuse  est arrivée après avoir remis l'étagère en place, elle a avancé sa chaise haute et au moment où elle a voulu s'asseoir, j'ai vu la chaise se reculer toute seule, et la vendeuse est tombée. Elle s'est relevée furieuse: il n'y avait que nous deux dans le magasin, et elle m'a regardée de travers d'un air soupçonneux. J'étais en face de la caisse, je ne pouvais pas aller tirer la chaise derrière elle! Je lui ai dit:

    - Je n'ai pas bougé!

     

     Ce n'était pas facile de vivre cette situation et d'admettre la présence des esprits autour de moi à tous moments et en toutes situations et mon psychisme était encore loin de l'accepter. J'avais le sentiment de ne plus avoir d'intimité, j'avais l'impression d'être regardée à tous moments, ça me mettait très mal à l'aise.

     Le soir avant de m'endormir, je laissais une bougie allumée sur ma commode-psyché, comme me l'avait conseillé la médium. La petite flamme donnait une lumière douce  et rassurante dans ma chambre: plusieurs fois, quand je l'allumais, la flamme de l'allumette, s'envolait toute seule sur la bougie, alors que j'étais au moins à 50cm! 

    Je pensais souvent que la prière ne servait à rien, et j'avais du mal à articuler toutes ces formules rabâchées des milliers de fois!

    Un matin, la radio s'alluma encore toute seule, à l'heure de l'émission religieuse vers 5h et le prêtre disait:

    - Vous dites que vous ne savez pas prier, mais qu'est-ce que prier? Prier, c'est d'abord se laisser regarder!

    J'étais consternée! c'était comme s'il s'adressait directement à moi! Je pensai immédiatement que c'était encore Henri qui avait inspiré ce prêtre pour me répondre! il me donnait ainsi un autre exemple de l'action des esprits sur les pensées des hommes et les connexions qu'ils pouvaient tisser entre eux à leur insu.

    Mais tout de même, quelle formule étrange pour définir la prière! J'aurais bien voulu contacter ce prêtre pour savoir comment il l'expliquait! Je pensais à la Genèse quand Adam et Eve "se sont vus nus aux yeux de Dieu" et qu'ils ont voulu se cacher, en vain... Comme eux, il n'y avait aucun endroit où je pouvais me cacher à la vue des Esprits!

    Peu à peu j'ai appris à prier "autrement", simplement en tournant mon esprit vers l'au-delà et lorsque j'entends un esprit, je dis seulement: "Christ Jésus , sauvez les âmes!" : je sais que les mauvais esprits s'en vont, et que les bons esprits reçoivent de la lumière. C'est ce qu'ils mont dit! Mais en disant "bon et mauvais", je ne juge ni ne classe les esprits, je simplifie pour expliquer ce que j'ai compris qu'il se passait quand on invoque le nom du Christ, c'est une aide pour eux et surtout pour moi!

    "Quand deux ou trois personnes sont réunies en mon nom, je suis au milieu d'elles" disait Jésus.

    Je sais surtout que lorsque j'entends un esprit malgré moi, je ne dois pas répondre parce que je ne connais pas ses intentions, s'il veut m'aider ou m'abuser. Ma formule mentale, permet de couper court à toute communication indésirable.

    Mais je n'en étais pas encore là!

     

    « 17- Médiums et esprits19- Les poltergeists(2) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    patrick
    Vendredi 27 Octobre à 23:49

    Bonsoir Nicole

    C'est étrange , certes , mais pas pour moi, j'ai souuvent eu ton lien dans ma page d'acceuil  et jamais je l'ai ouvert.

    Pourquoi?

    Parce que ce n'était pas l'heure. Ce soir j'ai fait lecture de tes écris. c'est sans surprise. Également , j'ai vécu des expériences parallèles, surtout après le décès de papa, ce que nous savons  c'est que nous sommes loin d'être seul quand nous le sommes déjà.

    j'ai déjà entendu dans la famille que la Caroline était devenue folle. Plus je l'entendait , plus j'avais envie de te revoir et quand Céline m'a demandé si je voulais bien te revoir chez elle, ce fut un grand OUI.

    Pour tes filles , elles ont grandi autrement.

    Céline comme tout médecin aime les sciences exactes , le devoir de tout expliquer et là...

    ce que je ne sais pas si Céline dans le cadre de son travail, accompagne des personnes en fin de vie , Par rapport à sa propre expériences  qu’elle a vécu avec toi, comment réagi telle? est ce que ça l'aide? le dialogue en est 'il plus facile?

    je suis content de cette lecture. Tu est belle Carolie, ne change rien.

     

    Je t'embrasse

    ton neveu

      • Samedi 28 Octobre à 11:46

        merci patrick, bisous...(Mais qui est Nicole?)

         

    2
    patrick
    Samedi 28 Octobre à 12:22

    ce n'est pas grave , j'ai confondu. Nicole est une ami  prés de saint jean de pied de port dans le pays Basque

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :