• 19- Les poltergeists(2)

    Pendant plusieurs semaines, des manifestations de poltergeists continuèrent, mais sans m'inquiéter outre mesure. C'était surtout lorsque je peignais que l'agitation était la plus importante. Un soir, agacée, je m'écriai: "Mais c'est un démon!". L'agitation cessa aussitôt et un grand coup dans la cloison me répondit oui! je pris peur et lâchai aussitôt mes pinceaux. Je résolus de retourner voir le prêtre pour lui demander d'exorciser ma maison.

    A peine couchée, j'eus une vision: dans un cercle lumineux, je vis apparaître de loin, une image du Christ, la main droite levée montrant trois doigts pour indiquer la Trinité. La vision se rapprocha, et je vis que le visage du Christ, n'était pas celui qu'on lui connaît, mais celui d'un homme plutôt laid. Je ne savais pas ce que cette vision signifiait!

    Dès le lendemain, je me rendis au presbytère, mais je ne connaissais pas le prêtre qui m'ouvrit la porte, et je restai un instant stupéfaite sur le seuil: le visage de ce prêtre était celui que j'avais vu, la veille, dans ma vision!

    Il m'écouta avec beaucoup de gentillesse mais pour lui, il n'y avait ni démon, ni religieuse, ni Henri, il expliquait les phénomènes par le fait que j'étais seule avec mes enfants... donc forcément je me faisais des films: tout se passait dans ma tête!!! Il décida quand même de venir chez moi le soir-même. Il passa un bon moment avec mes filles, pour leur poser des questions, et en conclut   "que tout ça n'était pas bien grave". Il était seulement venu pour s'assurer que mes filles n'étaient pas en danger à cause de ma "folie"! Puis il me donna l'adresse d'un psychiatre de ses amis, sur l’Avenue des Champs Élysées à Paris!

    Je pensais que c'était inutile, mais je pris néanmoins un rendez-vous. Entre temps, j'eus plusieurs fois la vision d'un démon tel que la mythologie chrétienne le dépeint: une grande silhouette noire, des yeux incandescents, des grands mains aux ongles pointus, mais il n'avait ni queue ni cornes. La première fois que je le vis, il était assis sur mon lit, à mon réveil, et me tenait la main! j'avais très peur, mais je me répétais:" ce n'est pas vrai, c'est une image, ça n'existe pas!" Pourtant je voyais ce que je voyais, et j'étais bien réveillée! Si je me faisais des films, alors j'avais déjà inventé la 3D!

    Pour le Psychiatre, il n'y avait aucun doute: les phénomènes de télékinésie venaient de ma fille qui était en période de puberté, car, selon lui, elle dégageait une énergie inconsciente incontrôlable! Il me conseillait de revenir avec elle si ça continuait! Quant à moi, il me prescrivit des médicaments pour éliminer "mes hallucinations" en me disant d'un ton menaçant et sans réplique" que si je lui disais encore que je voyais le diable, il n'hésiterait pas à me faire interner en Hôpital psychiatrique"! J'étais prévenue, et je ne retournai pas le voir!

     En entendant ça, "ce sont les démons qui rigolent"! car malgré les médicaments, rien ne changeait, ils m'abrutissaient sans résoudre les problèmes de poltergeists auxquels j'étais confrontée, et me donnaient seulement envie de chanter: "on s'en f..., la vie est belle" mais ça ne faisait pas avancer les choses!

    Je n'aimais pas du tout l'idée que ma fille fut mise en cause dans toutes ces diableries! Je m'endormis avec cette angoisse nouvelle et encore plus terrible! je me demandais ce qu'il fallait faire pour que ça s'arrête, et surtout où pouvais-je trouver quelqu'un qui pouvait comprendre ce qui se passait chez moi, sans me prendre pour une cinglée! Ce soir là, avant de m'endormir, je demandai au ciel de protéger ma fille, et je menaçai les démons s'ils ne la laissaient pas tranquille!

    Le lendemain matin, dans ma classe, un enfant se mit soudain à crier:

    - Maîtresse, viens voir! le pot de colle se promène tout seul! Regarde! il roule sur des rails!

    Le pot que je venais de déposer devant lui se retrouvait à l'autre bout de la table, mais je ne l'avais pas vu se déplacer. L'enfant disait "les rails" pour les rainures creuses qui servent à poser les crayons. Je remis le pot devant lui en disant:

    - laisse-le à cette place!

    Il me regarda d'un air malheureux :

    - mais ce n'est pas moi, maîtresse, il est parti tout seul!

    Les autres enfants assis autour de la même table, dirent "c'est vrai!".

    Je continuai ma distribution de matériel sur les tables. Au moment où je venais de poser un pot de crayons devant une fillette, je vis le pot bouger et se renverser d'un coup sec, sans que personne ne l'ait touché. La fillette me regarda d'un air inquiet. Je lui dis:

    - N'aie pas peur, je ne vais pas te gronder, je l'ai vu tomber tout seul! ramasse-le, s'il te plait!

    Derrière moi, les rires fusaient , je me retournai et je vis une fillette qui essayait d'attraper un chiffon, mais au moment où elle allait mettre la main dessus, le chiffon bondissait!

    J'attrapai le chiffon et le donnai à la fillette sans rien dire. Un peu plus tard, une petite chaise traversa d'un trait toute la classe. Je demandai à une petite fille d'aller me la chercher pour m'asseoir avec un groupe d'élèves: au moment où elle voulut l'attraper par le dossier, la chaise fit un bond en avant.  La fillette cria:

    - maîtresse, la chaise ne veut pas venir!

    Elle courut derrière, mais la chaise avançait plus vite qu'elle, à mesure que la fillette s'approchait pour la saisir. Finalement, la chaise glissant devant, la fillette courant derrière, vinrent s'arrêter à côté de moi.

    Tous les enfants avaient suivi la scène avec étonnement et trouvaient que c'était très amusant! Je fis mine de me fâcher, de façon théâtrale avec un sourire en coin, pour faire comme si tout était naturel:

    - Ah! ça c'est trop fort! voilà une vilaine chaise qui refuse d'obéir et se déplace à sa guise! comme si je n'avais pas assez de travail avec trente gamins de 5 ans à m'occuper! un pot de colle qui se promène, un pot de crayons qui se renverse, un chiffon qui saute, et une chaise qui va où elle veut, c'est quoi ce cirque?

    et prenant les enfants à témoins, j'ajoutai:

    - si les choses continuent à faire des bêtises on va les punir! Vous êtes d'accord?

    Les enfants approuvèrent, ils jouaient le jeu comme quand on leur présente un spectacle, puis ils se remirent au travail. Il n'y eut pas d'autre perturbation à la suite de ma diatribe, comme si "par magie", j'avais remis les choses en place et qu'elles m'obéissaient! Aux yeux des enfants, j'étais sans doute, une vraie Mary Poppins! Je ne sais si ces incidents les avaient impressionnés, les enfants de cet âge ne sont pas effrayés par le merveilleux, mais ils furent très sages ce jour-là, même pour rentrer en classe après la récréation, ils se rassemblèrent très vite, alors que d'habitude, j'avais du mal à arrêter leurs jeux!

    Le soir, en marchant dans le quartier pour aller à la supérette, j'ai vu plusieurs mères de mes élèves qui parlaient sur le trottoir, sans doute parce que les enfants leur avaient déjà raconté "mes tours de magie". Au moment où je suis passée près d'elles, les poubelles qu'elles venaient de sortir se sont renversées! En entendant le bruit, je me suis retournée: elles me regardaient avec des yeux arrondis de stupéfaction. Dès ce jour, j'étais devenue "la maîtresse qui fait tomber les poubelles en passant".

     Je déduisis de ce qui s'était passé ce jour-là, qu'un esprit voulait me faire comprendre que ma fille aînée n'était en rien concernée par les manifestations de poltergeists, car elle allait dans un collège avec son père à plus de 15km! De plus, je compris que les manifestations qui avaient eu lieu dans ma classe avaient été produites par un esprit intelligent pour répondre à mes inquiétudes par rapport à la théorie que le psychiatre avait énoncée concernant ma fille.

    Jusqu'à ce jour, j'avais considéré que les poltergeists étaient des esprits inférieurs, joueurs, bêtes et méchants, des petits démons malicieux, qui n'étaient là que pour m'embêter! je me trompais!

    "Les choses les plus simples deviennent effrayantes quand leur cause est inconnue. Quand on sera familiarisé avec les Esprits, et que ceux auxquels ils se manifestent ne croiront plus avoir une horde de démons à leurs trousses, ils n'en auront plus peur." Allan Kardec

     

     Quand je suis face à ces gens pleins de certitudes, qui formulent des théories pseudo-scientifiques et me les assènent avec autorité, je les admire d'avoir tant de confiance en eux-mêmes. Ils n'admettent aucune remarque ni objection, et je ressens un malaise avec eux, parce qu'ils me renvoient l'image qu'ils ont de moi: une fofolle, insignifiante, et sans cervelle! 

    Ces hommes "supérieurs" ne sont capables d'aucune empathie, comme s'ils avaient un coeur d'airain, et considèrent que les femmes sont des êtres inférieurs, d'autant plus pitoyables qu'elles ne vivent pas avec un homme pour les conseiller, les diriger et leur maintenir les pieds sur terre! Les deux prêtres que j'avais vus et le psychiatre avaient cette mentalité des gens d'autorité qui considèrent les "personnes fragiles" avec hauteur et mépris, même s'ils s'en défendent. Ils ont la prétention de détenir la vérité, d'avoir conscience de la réalité, et le privilège du bon sens! Ils fabriquent des mots, tel la télékinésie ,et pensent qu'il suffit de nommer un phénomène pour l'expliquer!

    Quand j'avais parlé au psychiatre des phénomènes qui se passaient chez moi, il m'avait dit d'un air narquois:

    -Faites-moi voir comment vous faites!

    Il rejetait l'existence des poltergeists, les visions d'esprits ou de démons, parce qu'il considérait que c'était un raisonnement irrationnel (et par conséquent que j'étais dérangée!) mais était-ce plus rationnel de parler d'une "énergie" inconnue qui émanerait de ma fille? Il voulait expliquer "un phénomène irrationnel" et prétendait lui attribuer un caractère "normal et naturel" en formulant une hypothèse tout aussi irrationnelle!

    Comment des hommes si éclairés pouvaient-ils ne pas voir le paradoxe dans leur raisonnement? parce que plus le paradoxe est énorme, plus il paraît crédible! Les hommes de pouvoir savent manier le paradoxe avec assurance et autorité pour impressionner leur auditoire.

    "Car seul le paradoxe se montre capable d'embrasser, ne fut-ce qu'approximativement, la plénitude de la vie" C.G. Jung

    Je m'étais imaginée naïvement, que les hommes de Dieu et les hommes de sciences, étaient des spécialistes dont le savoir englobait tous les aspects de l'âme éternelle:

    "Or les expériences  subjectives les plus agissantes, le vécu qui laisse vraiment des traces et marque un individu, sont justement les plus improbables; c'est pourquoi, si l'on questionne la science à leur propos, elle vous laisse le plus souvent en panne.

    L'intérêt scientifique ne se réduit que trop facilement à ce qui est fréquent, probable et constitue une moyenne...et qui étouffe tout ce qui sort de l'ordinaire." C.G. Jung

    Un jour que je me promenais dans Paris, j'entrai dans une église ouverte pour la visiter, et mue par une impulsion je mis un cierge à l'autel de la Vierge. J'entendis mentalement, un esprit qui devait être celui de la religieuse:

    - Pour mon frère Henri!

    Puis je vis un prêtre. Je lui ai parlé  de tous ces phénomènes qui me tracassaient. Nous étions assis dans une sorte de pièce ouverte avec des petites cloisons de bois vitrées, au fond de l'église. A mesure que je parlais, des coups résonnaient dans la cloison derrière lui. Je lui demandai:

    - Vous entendez ces coups?

     Il me répondit en se retournant légèrement:

    - oui, ce n'est rien, il y a sûrement quelqu'un qui frappe par là...

    Mais l'église était vide, et il n'y avait personne derrière la cloison vitrée. J'insistai:

    - ce sont les poltergeists qui font ça...

    Il haussa les épaules pour rejeter cette idée, et me conseilla de prier. J'étais désespérée par le fait qu'il ne recherchait pas la cause du bruit, parce qu'il y était simplement indifférent, et qu'il ne croyait pas un mot de ce que je lui disais!

    Même quand ils pouvaient constater, ils refusaient "d'entendre" ce que leur mental ne pouvait admettre! Ils entendent avec leurs oreilles, mais ils n'écoutent pas avec leur esprit!

     

     

    « 18- Les poltergeists, la prière 20 - Les poltergeists sont des Esprits »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :