• 24- Sortie du corps astral

     Selon la plupart des traditions ésotériques, le corps astral flotterait au-dessus du corps physique pendant le sommeil, et les rencontres qu'il ferait avec les esprits seraient le fil conducteur de la plupart des rêves, sur lequel notre inconscient broderait selon nos préoccupations du moment.

     24- Sortie du corps astral

    Je pensais que ce serait génial de se promener dans le monde astral à volonté,de manière consciente pour percer les mystères de l'au-delà et voir ce qu'il s'y passait! J'imaginais pouvoir faire aussi des voyages dans le monde par ce moyen, sans avoir besoin d'un billet d'avion, mais je n'avais pas la moindre idée de la façon dont pouvait se produire ce phénomène.

    J'avais lu "Les secrets de l'aura" de T.Lobsang Rampa dans la collection "l'aventure mystérieuse" aux éditions "j'ai lu". Il y enseigne que les différents "corps fluidiques" de l'âme et de l'esprit qui  forment l'aura autour du corps physique, lui seraient attachés par une corde d'argent, et tant que cette corde d'argent ne serait pas coupée, le "corps astral" pouvait sortir du corps physique "à volonté" et aller où il veut, car la corde d'argent faisait communiquer les deux et les réunissait à la moindre alerte, en particulier si quelque chose menaçait le corps physique.

    Plusieurs fois, je m'étais déjà sentie aspirée hors de mon corps et j'en avais conçu une terrible inquiétude: si je quittais mon corps, Ange ( mon petit démon préféré, voir dans les pages précédentes) n'aurait-il pas la possibilité de s'en emparer? Selon T.Lobsang Rampa, il n'y avait aucun risque, car deux esprits ne pouvaient pas habiter un même corps, mais il ne parlait pas des cas de possession. Il semblerait que cette possibilité n'existe pas dans les traditions asiatiques, que ce soit une "maladie" occidentale, liée au besoin inconscient de l'esprit de s'exprimer en outrepassant les interdits sociaux et religieux trop restrictifs qui régissaient les besoins physiques les plus élémentaires, telles les manifestations de "possession démoniaque" qui s'emparèrent des nonnes de Loudun dont leur abbé, Urbain Grandier, dût en subir les conséquences dramatiques. Je crois certainement que des mauvais esprits peuvent entraîner les personnes faibles à faire des actes insensés mais ils ne peuvent agir à leur place: les mauvais esprits n'ont que le pouvoir qu'on leur laisse prendre sur nous.

     Un matin, je m'étais réveillée suspendue à l'horizontale dans la position allongée environ à un mètre au-dessus de mon corps, que je voyais derrière moi, sans me retourner, car j'avais une vision à 360°. Assis sur mon lit, je voyais Ange qui riait en me disant :

    - Eh bien voilà , tu y es!

    A peine le temps d'en prendre conscience, puis je me sentis aspirée et je réintégrai mon corps. Je restai un moment tremblante et abasourdie. Mais je pensai plus tard que c'était Ange qui m'avait fait prendre conscience, avant mon réveil, de la position de mon corps astral, pour me convaincre que c'était vraiment possible. Mais, si j'avais bien vu mon corps physique, je n'avais pas pu voir mon corps astral, je m'étais perçue seulement comme une "conscience suspendue".

    Plusieurs fois, je me suis sentie sur le point de sortir de mon corps, alors que j'étais en demi sommeil. Mais chaque fois je paniquais et je criais mentalement "Mon Dieu, Mon Dieu!" comme un appel au-secours, et je me sentais aussitôt lâchée et rejetée dans mon enveloppe corporelle. Chaque fois que ça m'arrivait, je ressentais un profond malaise:  je ne pouvais plus bouger, mon corps était comme "plaqué" mais je le sentais trembler comme si une tempête se déchaînait à l'intérieur, et j'avais des bourdonnements d'oreilles, mais surtout je voyais des ombres et l'esprit qui me harcelait, Ange, et je pense que  c'était lui qui provoquait mes malaises en cherchant à m'emmener ou à me maintenir en astral . C'était  ce que les médecins appellent la paralysie du sommeil, mais les théories scientifiques" concernant les causes de ce phénomène sont fausses, même si objectivement on peut observer des perturbations physiques. On ne fait pas un voyage astral avec notre cerveau mais avec notre esprit. Nous ne sommes plus dans le monde matériel tel que nos sens peuvent l'appréhender même si nous restons dans notre chambre, mais dans une autre réalité, c'est pour ça qu'on l'appelle le voyage astral. Dès que nous prenons conscience que nous sommes "ailleurs" et hors de notre corps, notre esprit revient en un éclair dans notre enveloppe corporelle et dans cette réalité matérielle. Ce n'est pas un rêve et on s'en souvient nettement parce que c'est une expérience particulière.

    Pour celui qui sait et qui l'a vécu, aucune preuve n'est nécessaire, pour les sceptiques, aucune preuve ne sera jamais suffisante. Le pire c'est que ceux qui prétendent s'intéresser au paranormal, sont parfois les moins réceptifs à comprendre cette réalité hors de la matière. Tant que vous voudrez penser que votre cerveau "fait tout" et vous dirige avec votre raison limitée au monde physique, vous y resterez, même après votre mort car j'ai vu des esprits se soucier de ce qu'ils laissaient derrière eux et se préoccuper de leurs affaires du moment de leur mort: ils n'ont même pas conscience qu'ils ne sont plus dans un corps et qu'ils sont dans un autre "espace" même si cet espace est apparemment le même que le nôtre puisque nous pouvons les y rencontrer et échanger avec eux, il se situe néanmoins dans une autre réalité en fonction de notre plan mental, d'où les différentes et multiples expériences selon les personnes.

     Une nuit, je vis, assis à côté de moi, l'esprit d'un élégant homme d'affaires sexagénaire qui me parlait de la conjoncture économique, et des remèdes qu'il préconisait pour éviter une crise financière. Je ne comprenais rien à son exposé dont le début m'avait échappé dans les brumes du sommeil, mais je l'écoutais médusée, en me demandant ce qu'il faisait là. Brusquement je m'assis sur mon lit, et l'interrompant, je m'écriai:

    - Mais enfin! ce n'est plus votre problème! vous ne pouvez plus rien faire dans ce monde!

    - Je le sais, me répondit-il tristement.

    - je comprends que vous ayez du mal à vous adapter à votre nouvel état, mais il faut appeler votre ange gardien , ou prier pour que quelqu'un du ciel vienne vous aider...

    Il ne me répondit pas et je le vis se ratatiner sur lui-même puis disparaître. C'est alors qu'Ange me dit:

    - Tu vois ? tu n'es plus dans ton corps, et tu n'as pas eu peur! Regarde-toi dans la glace, tu ne t'y vois pas! regarde ton corps allongé derrière toi!

    Je me rendis compte alors que j'étais assise sur mon lit, mais que mon corps physique était allongé derrière moi.

    - Mon Dieu! Mon Dieu! m'écriai-je, comment vais-je faire pour revenir?

    Je me sentis soulevée à l'horizontale au-dessus de mon corps endormi, comme sur le dessin ci-dessus, et me réintégrer doucement, et cette fois, sans tremblements ni inquiétude. J'étais rassurée et je pensai qu'il ne faudrait pas  que je panique la prochaine fois que ça m'arriverait et que j'en profite pour aller où je voulais en me fixant un endroit précis pour tenter une expérience de sortie hors de ma chambre.

    Un matin,je me réveillai au petit jour, et en attendant l'heure de me lever, j'essayais d'imaginer ce que je pourrais voir si j'arrivais à me propulser hors de mon corps. Tout d'un coup, je me sentis propulsée à la hauteur des nuages d'où je pouvais voir la ville comme vue d'avion:

    -Regarde bien, me disait une voix, tu ne verrais rien d'autre que ce que tu vois, car tu es ICI et  MAINTENANT.

    Et je redescendis aussitôt, ça n'avait duré que le temps d'un soupir! Celui qui m'avait parlé avait voulu me démonter que le monde terrestre était le mien, avec ou sans mon corps physique, tant que je n'étais pas arrivée à la fin naturelle de ma vie.

    Mais je m'inquiétais encore de là où j'irais après ma mort, et surtout je me demandais si je pourrais sortir du monde matériel, car je voyais tellement d'âmes errantes qui ne savaient ni se situer, ni s'élever vers des sphères lumineuses.   Je les voyais au bord d'une plage, marcher lentement le long du rivage. Elles semblaient attendre patiemment, sans communiquer entre elles, je ne pouvais m'approcher, mais si parfois l'une  d'elles me voyait et esquissait un pas vers moi, je me retrouvais immédiatement dans mon lit. D'autres fois, je les voyais derrière une barrière et quand je voulais aller vers elles, quelque chose me tirait en arrière. Souvent aussi, je voyais une prairie fleurie et ensoleillée, où se promenaient des gens souriants, comme des promeneurs un dimanche de printemps à la campagne.

    Parfois aussi, je me trouvais dans un bus avec des gens immobiles, pensifs et silencieux, mais je n'étais pas assise avec eux, c'était plutôt comme si je les accompagnais tout en restant sur un autre plan. Je me demandais où ils allaient, et j'aurais voulu les suivre, mais on me disait:

    - ce n'est pas encore ton heure...

     J'aurais voulu franchir la limite où les âmes apparaissent "dans la lumière". Tout ce que je voyais me paraissait si banalement "terrestre". Pourtant, je m'étais retrouvée une nuit sur un monde lunaire où des personnages gigantesques et transparents étaient assis autour d'un feu de camp sans flammes. Je leur demandai ce qu'ils faisaient là. Ils me répondirent qu'ils attendaient de revenir sur Terre. Sans avoir besoin de me retourner, je voyais la Terre et je leur ai dit que je pouvais revenir avec des provisions...et je me suis retrouvée aussitôt dans mon lit.

    Une autre fois je me voyais survolant une planète inconnue et de loin je voyais une ville rose, lumineuse et très belle, et j'entendis une voix me dire que c'était là que vivaient les artistes, particulièrement Mozart et Victor Hugo. Mais je me croyais toujours dans le monde matériel et j'espérais aller dans les mondes immatériels où j'aurais pu rencontrer des esprits de lumière.

    Une nuit, je fis une sortie qui est restée imprimée en moi. Je me voyais passer cette limite de l'au-delà qui traverse les différents "paliers" que les âmes traversent en quittant le monde matériel, accompagnée par un esprit guide. Le premier monde traversé, était sombre et peuplé d'ombres inquiétantes. Mon guide me dit, pressant, :

    - Ne reste pas là.

    Je passai dans un espace plus clair où les gens ni heureux ni malheureux semblaient en attente, comme on peut en voir dans une gare:

    - Qu'attendent-ils? demandai-je.

    - Aucune importance, répondit mon guide, partons!

    Dans le troisième ciel , clair comme une belle journée ensoleillée, les gens se promenaient tranquillement ou semblaient jouer joyeusement.

    J'étais pressée de voir le suivant, mais je ne vis que quelques visages qui passaient fugitivement dans une atmosphère ouatée. Je ressentis surtout un bien être extraordinaire et une douce chaleur dans le coeur, c'était très agréable. Mais je traversais rapidement d'autres espaces où mon esprit se sentait de plus en plus léger et régénéré, puis j'arrivai devant quelque chose qui ressemblait à une porte. Sans hésiter, j'ouvris la porte: une lumière plus vive que mille soleils m'enveloppa sans m'aveugler, et je ressentis un bonheur ineffable. Mais aussitôt, je fus rejetée dans le monde le plus sombre et une violente angoisse m'étreignit. Mon guide me dit alors!

    - Voilà ce qui t'arrivera si tu braves Dieu. N'essaie pas d'ouvrir la porte malgré Lui, sinon, il te précipitera là où il y a des pleurs et des grincements de dents!

    Après ce "voyage" je n'avais plus la moindre envie de m'égarer dans l'au-delà, et je m'efforçais de vivre le quotidien sans chercher à le fuir en outrepassant les limites que je n'avais pas le droit de franchir. Pourtant sans le vouloir, il m'arrivait encore parfois de me réveiller hors de mon corps, mais le plus souvent dans ma chambre. Mais un matin, alors que je dormais dans mon fourgon que j'utilisais en camping-car, je me réveillai au-dessus de la piscine auprès de laquelle javais garé mon fourgon. Je voyais le soleil se lever, et l'eau de la piscine à quelques mètres au-dessous de moi.

    Pour Allan Kardec, ce serait du "somnambulisme", dont la définition est différente du somnambulisme où le corps est en mouvements :

    " c'est une indépendance de l'âme plus complète que dans le rêve, et alors ses facultés sont plus développées, elle a des perceptions qu'elle n'a pas dans le rêve...Dans le somnambulisme, l'Esprit est tout entier à lui-même; les organes matériels , étant en quelque sorte en catalepsie, ne reçoivent plus les impressions extérieures. Cet état se manifeste surtout pendant le sommeil : c'est le moment où l'Esprit peut quitter provisoirement le corps, celui-ci étant livré au repos indispensable à la matière...

    "L'Esprit n'est jamais inactif. Pendant le sommeil, les liens qui l'unissent au corps sont relâchés, et le corps n'ayant pas besoin de lui, il parcourt l'espace et entre en relation plus directe avec les autres Esprits. "

    En ce qui me concernait, j'avais plutôt l'impression que je faisais ces sorties astrales lorsque j'étais très fatiguée. Mais je me rendais compte aussi que ces sorties étaient provoquées par la volonté de l'esprit qui voulait entrer en  contact avec moi. Dernièrement, je me suis vue sur une plage où allaient et venaient des personnes sans but précis, en attente de passer au-delà de ce plan d'eau sans vagues. Je reconnaissais cet endroit car j'y suis souvent venue, mais ce n'est pas une plage au bord de notre océan, j'ai entendu plusieurs fois que cet endroit s'appelle "le rivage des morts". Je n'étais pas parmi eux mais avec eux comme en survol. Je m'entendais dire:          

    - "savez-vous où est mon père? y a-t-il quelqu'un qui peut me dire s'il est parmi vous?"

    Les gens me regardaient sans répondre, comme s'ils ne me voyaient pas. Mais un homme avec des cheveux longs, frisés et blonds s'est approché de moi, et il m'a dit en souriant:

    -"c'est peut-être moi ton père?"

    -"non! lui répondis-je, il était brun avec des cheveux courts, ce n'est pas toi !

    Un autre homme s'est approché de moi en me disant:

    - "il est venu au mois de juillet, mais tu as refusé de lui parler".

    - "je sais, mais où est-il maintenant? vous pouvez m'aider à le chercher? je sais qu'il est là avec ces gens, mais je ne sais pas lequel c'est. Je ne sais pas comment il est, je ne le connais pas."

    Et en disant cela j'apercevais une silhouette qui marchait avec les autres et je savais que c'était lui, mais il était transparent et n'avait pas de traits. Quand je me suis réveillée, je l'ai entendu me dire d'une voix triste:" A mon grand regret!"

    Et un peu plus tard dans la matinée, alors que j'étais dans ma salle de bains, il m'a dit: "je suis désolé!" Là je me suis fâchée et je lui ai dit d'arrêter de me dire ça, que ça me mettait le moral dans les chaussettes, car je l'entendais souvent.

    Mon père nous a abandonnées, mes soeurs, ma mère et moi, quand je n'avais pas deux ans, j'étais la plus petite et je n'ai aucun souvenir de lui, et ma mère avait détruit toutes les photos qui le représentaient. Il est mort seul dans la rue, à l'âge de 45 ans, après avoir eu une autre famille et trois autres enfants que je n'ai jamais vus, et qu'il a quittés aussi. C'était un homme immature, qui s'était marié trop jeune, à 19 ans! Il a essayé de venir nous voir quand nous étions encore petites, mais ma mère l'a fait interdire de visites parce qu'il ne payait pas la pension qu'il devait lui verser.

     Pae la suite, je ne cherchais plus des réponses que personne ne pouvait me donner, mais je vivais dans un relatif isolement, car la vie "normale" ne m'apportait rien de bien. J'avais toujours l'impression de "parler pour ne rien dire" avec les gens de mon environnement, qui ne se préoccupaient que de choses matérielles: "vivre normalement", c'était se plier à cette agitation où chacun cherche des distractions, des satisfactions et des excitations de toutes sortes dans le seul but de "profiter" des plaisirs de la vie, sans chercher à comprendre la finalité et le sens de cette vie, en attendant l'anéantissement, seul aboutissement logique d'une vie dépendante et intégrée à la matière.

    Cette agitation vaine et sans but m'angoissait. J'occupais mon esprit à réviser toutes les notions philosophiques, psychologiques, rationalistes, et dogmatiques qui avaient façonné mon esprit, et je me taisais sur mes découvertes sensibles du monde spirituel, tout en me désintéressant de l'opinion de mon entourage, surtout professionnel. J'avais l'impression de "jouer un rôle" avec une apparente décontraction, qui facilitait mes contacts sociaux, et je me préservais des perturbations psychiques, car je prenais toujours garde de ne pas vraiment entrer dans le jeu des "relations sociales"  superficielles.

    Mais j'avais souvent le sentiment que j'étais "seule de mon espèce", et c'était difficile à vivre car je doutais toujours de moi, et des connaissances que j’acquérais avec le seul cautionnement des Esprits qui me contactaient.

    C'est à cette époque que je fis un "rêve" au cours duquel je voyais une foule de gens sur une large route qui faisait le tour de la terre. Quant à moi, je grimpais seule le long d'un étroit sentier pierreux qui montait vers une colline, derrière laquelle brillait le soleil. Je regardais avec envie les gens qui passaient sur la large route, tranquilles et insouciants, sans se préoccuper de savoir où ils allaient. J'entendis une voix me dire:

    - Tu vois, ils tournent en rond, et leur route ne les mène nulle part. Ton chemin est rude et aride mais tu sais où il te conduit.

    Je n'en étais pas si sûre, mais je n'aurais pas voulu changer de chemin.

    J'ajoute cet article excellent sur les dangers des sorties astrales: http://rustyjames.canalblog.com/archives/2014/02/19/29106179.html

    Récemment, j'ai fait une autre sortie astrale très brève, qui s'est terminée dès que j'en ai pris conscience. Je me voyais dans une atmosphère lumineuse et ouatée, en présence d'un autre esprit vêtu d'une longue robe blanche, et plus loin, je pouvais voir la carlingue d'un grand avion blanc prêt à s'envoler. L'esprit ne parlait pas, mais je comprenais ce qu'il me disait par télépathie instantanée, sans verbalisation, que lorsqu'il serait temps, mon passage dans l'au-delà ressemblerait à cette scène où il n'y avait rien d'angoissant ni de traumatisant. C'était très rassurant et réconfortant.

    le 09-08-2016

    "Ce matin je me suis retrouvée une fois de plus sur le "rivage des morts " qui attendaient leur départ, ( je l'appelle ainsi car je les vois souvent sur une plage) mais cette fois, contrairement à d'autres visions où j'étais en retrait et où je ne pouvais les approcher, je me retrouvais parmi eux, Je les voyais passer devant moi. L'un d'eux, assez jeune, qui boitait légèrement, m'a fait un signe de tête pour me saluer. Je suivais le chemin qui longeait la plage avec eux, Un autre homme grand et fort d'environ 80 ans, qui avait des écorchures sur les bras et le visage, me disait qu'il était mort dans sa chambre d'hôtel. Vu ses écorchures, je lui ai demandé si c'était un meurtre, mais il a eu l'air surpris de ma question et j'ai compris pourquoi il se trouvait dans une chambre d’hôtel... Il s'est tourné vers une grande femme qui arrivait d'un espace lumineux et qui lui ressemblait. Elle n'a pas dit un mot mais j'ai pensé qu'elle venait le chercher, Elle me regardait avec l'air de se demander ce que je faisais là!"
    Ce récit véritable n'est pas un "rêve" mais une "vision" ou 'un "rêve lucide", car lorsqu'on rêve, on mêle à nos images les soucis et les besoins du moment . Parler de "vision" est plus vrai car c'est une rencontre avec des esprits de personnes qui sont sur le "passage" d'un monde à l'autre, du monde terrestre au monde spirituel, et qui attendent leur départ vers le lieu où leur âme doit séjourner en attendant la réincarnation...le fait que ça se passe sur une plage, montre le caractère de quiétude de ce moment dont la durée est indéterminée mais sans angoisses, sans fureurs, sans regrets comme on imagine souvent la mort beaucoup craignent la mort par peur de l'inconnu en se demandant ce qui les attend. En partant avec une conscience tranquille et sans tourments intérieurs, le passage ressemblera à cette image...je ne dis pas que tout le monde verra les mêmes choses, mais il faut surmonter ses craintes et éliminer les pensées angoissantes pour que le passage soit le plus naturel et le plus calme possible. La mort est une naissance dans l'autre monde...

    24- Sortie du corps astral

    « 23- La voyance25 -Réminiscence d'une vie antérieure. la réincarnation(1). »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    madilys
    Mardi 23 Décembre 2014 à 18:29

    cela n a rien à voir ,mais c'est à propos des rêves....souvent dans mes rêves,je suis consciente que je rêve,que je veux changer le rêve ou que je veux me reveiller....je suis déboussolée au réveil

    bisous 

     

    2
    Mardi 23 Décembre 2014 à 20:53

    Au contraire, les rêves ont tout à voir avec la rencontre avec les esprits: il y en a qui t'entraînent où tu ne veux pas aller, et tu veux te dépêcher d'en sortir. J'ai fait aussi beaucoup de ces rêves auxquels on veut échapper! si tu n'arrives pas à te réveiller pour en sortir, c'est que tu commences à te réveiller mais que tu ne veux continuer à dormir, et le même rêve continue parce que l'esprit qui t'a approchée n'est pas décidé à partir. Envoie une prière ou une pensée vers Dieu, si c'est un mauvais esprit, il partira!sinon, essaie de comprendre le sens du rêve s'il correspond à une situation réelle à laquelle tu tentes aussi d'échapper.

    merci de ta visite, et je te souhaite de bonnes fêtes de Noël, bises

    3
    madilys
    Jeudi 25 Décembre 2014 à 21:23

    je vais essayer en allant au lit et dés ce soir

    biz

    4
    Samedi 27 Décembre 2014 à 21:46

    Bonsoir Caroline,je ne rêve que rarement et quand cela m'arrive  ça me réveille. J'espère que tu as passé une bonne journée avec ta fille ,elle devait être de service pour le jour de noël.Tant mieux pour Bouboule qu'il n'a rien dans ses analyses. Prisca à part ça faiblesse de la vessie elle va bien.Passes un bon week-end,bisous et une caresse à Bouboule

    5
    Mr MAKHLOUF Karim
    Lundi 29 Décembre 2014 à 06:52

    Bonjour ; trés intéréssant récit. J'ai aussi fait pas mal de voyages astraux, un volontaire, suite à une grande douleur et avait appeler la Mort ; ai vu cétte fameuse porte ; puis à l'occasion de 3  Passages d'Ames. Le 1er, appelé à le faire, savait méme pas que ça éxistait, que j'en été capable, venais d'étre Médium, 4 ans avant ; et n'étais pas un ange. ........Vous pourrez le lire dans la page Facebook Méssages Spirites,le téxte commence par " en 1994, un cousin à mon pére a été assassiné à l'étranger ". Mérci pour votre blog et bonne journée.

    6
    Lundi 26 Janvier 2015 à 00:15

    J'ai eu l'occasion de sortir de mon corps physique apres mon accident et durant 4 jours j'ai vecu a côte de moi,je me voyais.J'etais heureuse et les gens me pensait "folle" car en fait je n'etais plus avec eux.Aucune peur ressentie.Lors du choc,j'ai depasse le tunnel...j'etais bien,tres bien mais pour je ne sais quelle raison,j'ai regagne mon corps .Ma vie a totalement change  et j'ai du magnetisme en moi ...Je suis suivie par un magnetiseur pour la pratique car au debut cela m'angoissait.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :